toggle menu

Grauer Journal

pablo-neruda-the-house-of-grauer-jpg

Pablo Neruda

L’affection d’un écrivain et politicien chilien pour le pays des Habanos.

Poète, écrivain, diplomate, homme politique, lauréat du prix Nobel de littérature et penseur chilien, Pablo Neruda s’était pris d’affection pour Cuba. Ce lien a commencé durant la guerre civile espagnole, lorsqu’il a resserré des liens d’amitié avec des écrivains cubains.

Ainsi, ses talents d’écrivain et ses convictions politiques l’ont amené à visiter Cuba pour la première fois en 1942 dans le but d'animer des conférences lors d'un Séminaire de Recherches Historiques organisé par la Direction de la Culture du Ministère de l'Éducation. Avant cela, il connaissait certaines choses de Cuba grâce à la littérature, mais La Havane représentait pour lui «une boîte de cigares». Dès son arrivée, Pablo Neruda, a été accueilli par ses amis et écrivains locaux, Juan Marinello, Nicolás Guillén et Angel Augier qui l’ont accompagné jusqu'à l'hôtel Packard, un endroit emblématique de la Vieille Ville, à côté de la promenade du Malecón et entourée par la Baie de La Havane. Le choix de cet hôtel n’était sans doute pas anodin car lorsqu’il n’était pas en train d’écrire ses poèmes étonnants, Pablo Neruda passait au crible les plages à la recherche de coquilles vides, abandonnées sur le sable par les nouvelles marées. En plus de vingt ans, il aurait accumulé près de 9'000 coquillages.

Au fil des années et à la suite de ses nombreux voyages, l’admiration de Neruda pour Cuba n’a eu de cesse de croître. En effet, il a supporté la Révolution cubaine et lui a d’ailleurs dédié un recueil de poèmes «Canción de gesta», traduit «Chanson de geste» en français, édité à La Havane en 1960. Cet ouvrage fut en outre le tout premier à glorifier la vie des peuples des Caraïbes et de l’Amérique Latine et leur lutte pour l’indépendance, la liberté et leurs droits.

Ainsi, devenu ami proche de Fidel Castro, l’écrivain est évidemment retourné à maintes reprises à Cuba. Son portrait a de surcroît été immortalisé par Alberto Korda, le photographe officiel de Fidel Castro.

Nous vous invitons à venir découvrir, dans l’Espace Culturel, cette photo originale ainsi que des notes personnelles de Pablo Neruda. Vous pourrez également consulter son recueil de poèmes intitulé «Aún», signé de sa main en 1971 avec son fameux vert.

(Pièces issues de notre collection privée)

Pour plus d'informations, contactez-nous au +41 22 552 2799